Archives de catégorie : Poésie d’amour

Poésie poème d’amour

Trouvez les plus beaux poèmes d’amour sur notre blog;partagez vos sentiments déclarez votre amour votre amour avec les meilleures façons et les plus jolis mots.

Poésie d’amour triste

Poésie d'amour triste
J’ai une larme au fond de mon cœur,
Une larme qui exprime ma douleur ,
Une douleur qu’elle m’a infligé,
Quand elle m’a dit « je ne t’ai jamais aimé ».

Poésie d’amour à distance – Tu me manques

poesie amour tu me manque
Jamais un verre m’a blessé,jamais une flèche m’a percé,jamais un couteau m’a coupé,seul ton absence m’a tué.
Mon amour, reçois ces petits mots romantiques et pense à moi
Tu es loin de mes yeux mais tout contre mon cœur
Tu me rends heureux et fais chaque jour mon bonheur

Poésie d’amour fou

Poésie d'amour fou
Pour les oiseaux et leur chanson
Pour les ruisseaux chantant
Pour l’amour sans raison
Que la raison étant plus grand
Je t’apporte ces roses
Qui dans mon cour éclose
Pour le vent et sa mélodie
Pour tous les cours en feu
Pour le soleil du ciel qui rit
Qui chaque jour nous fait un vœu
Je t’apporte ses roses
Qui dans mon cour éclose
Pour la vie et ses bons moments
Pour mes plus vifs désirs
Pour mes plus tendres sentiments
Qui me font vivre de plaisirs
Je t’apporte ses roses
Qui dans mon cour éclose

Poème d’amour pour femme – Poème d’amour pour sa femme

Il y a plusieurs façon pour déclarer votre amour; et un poème d’amour semble être une façon efficace pour déclarer ses sentiments
Trouvez sur notre blog les plus beaux poèmes d’amour ;en plusieurs langues et pour toutes les occasions.

Un poème d’amour court pour femme

Un poème d'amour court pour femme



Je t’aime
Y a pas plus simple à dire dans une vie chérie
Je t’aime
Tendrement je t’aime

A chaque minutes je pense à toi
A tout instant ou mes yeux se ferment je te vois
Dans mes bras sur mon coeur
C’est comme une douce chaleur sur mon âme

Oui chérie je t’aime
T’as deviner depuis longtemps je pense
Tu sais très bien que c’est immense
Ce bel amour qui me met en transe

Un poème d’amour pour femme

Un petit poème d'amour pour femme

J’ai demandé à la vie de me donner la force: elle m’a donné des épreuves à traverser… J’ai demandé à la vie de me donner la sagesse : elle m’a donné des problèmes à résoudre… J’ai demandé à la vie de me donner la richesse : elle m’a donné un cerveau et deux bras pour travailler… J’ai demander à la vie de me donner du courage: elle m’a donné des défis à relever… J’ai demander à la vie de me donner de l’amour

Un poème d’amour pour dire je t’aime à ma femme

Un poème d'amour pour dire je t'aime à ma femme

Si tu savais combien je t’aime
Tu comprendrais que déjà,
Sans toi tous les jours sont blêmes,
Sans toi il n’est plus de joie.

Si tu savais ce qu’est ma peine
Lorsque tu es loin de moi,
Et l’amour qui se déchaîne
Rien que d’entendre ta voix.

Tant de désirs me font rêver
Et ton sourire me laisse espérer,
Le grand amour la folle ivresse
De mourir au plaisir de tes caresses.

Regarde moi au fond des yeux
Ne vois-tu pas qu’ils sont malheureux,
Il suffirait que tu sois mienne
Quel bonheur en mon cœur quoi qu’il advienne.

poeme romantique

poeme romantique 

Pour vous, des modèles de poème romantique proposé par notre blog de poème d’amour .

poeme romantique

Poeme Romantique 1 : 

J’aimerais pouvoir être celle qui te rend heureux, 
Te réchauffer quand tu as froid comme le feu, 
Car tu es l’étoile qui a Illuminé ma Vie noire, 
Grâce à Toi que j’ai pu voir naître ce Nouvel Espoir, 
Sans toi, mon existence aurait déjà touché à sa fin, 
Pourtant Dieu nous a réuni pour ne plus former qu’un.. 

Poeme Romantique 2 : 

L’impression de disparaître, 
Je suis différent des autres, 
Un coeur blessé et fragile, 
Pour tes yeux je suis invisible… 

Poèmes Romantique 3 : 

Je t’ai offert une fleur, 
Tu ma donné ton cœur, 
En le rejetant je t’ai déçu, 
En pleurant tu as disparu, 
Je suis parti avec l’espoir, 
Q’un jour je pourrais te revoir…. 

Poeme Romantique 4 : 

Jour et nuit je ne pense qu’a TOI, 
L’amour que je ressens en MOI, 
Des sentiments gravés pour la VIE, 
Voudrais vivre avec toi jusqu’à l’INFINIE….

poésie d amour de victor hugo

poésie d amour de victor hugo 

poésie d amour de victor hugo

 

A celle qui est voilée 

Tu me parles du fond d’un rêve 
Comme une âme parle aux vivants. 
Comme l’écume de la grève, 
Ta robe flotte dans les vents. 
******
Je suis l’algue des flots sans nombre, 
Le captif du destin vainqueur ; 
Je suis celui que toute l’ombre 
Couvre sans éteindre son coeur.
 ******
Mon esprit ressemble à cette île, 
Et mon sort à cet océan ; 
Et je suis l’habitant tranquille 
De la foudre et de l’ouragan. 
 ******
Je suis le proscrit qui se voile, 
Qui songe, et chante, loin du bruit, 
Avec la chouette et l’étoile, 
La sombre chanson de la nuit. 
 ******
Toi, n’es-tu pas, comme moi-même, 
Flambeau dans ce monde âpre et vil, 
Ame, c’est-à-dire problème, 
Et femme, c’est-à-dire exil ? 
 ******
Sors du nuage, ombre charmante. 
O fantôme, laisse-toi voir ! 
Sois un phare dans ma tourmente, 
Sois un regard dans mon ciel noir !
 ******
Cherche-moi parmi les mouettes ! 
Dresse un rayon sur mon récif, 
Et, dans mes profondeurs muettes, 
La blancheur de l’ange pensif ! 
 ******
Sois l’aile qui passe et se mêle 
Aux grandes vagues en courroux. 
Oh, viens ! tu dois être bien belle, 
Car ton chant lointain est bien doux ; 
 ******
Car la nuit engendre l’aurore ; 
C’est peut-être une loi des cieux 
Que mon noir destin fasse éclore 
Ton sourire mystérieux ! 
****** 
Dans ce ténébreux monde où j’erre, 
Nous devons nous apercevoir, 
Toi, toute faite de lumière, 
Moi, tout composé de devoir ! 
 ******
Tu me dis de loin que tu m’aimes, 
Et que, la nuit, à l’horizon, 
Tu viens voir sur les grèves blêmes 
Le spectre blanc de ma maison. 
 ******
 Là, méditant sous le grand dôme, 
Près du flot sans trêve agité, 
Surprise de trouver l’atome 
Ressemblant à l’immensité, 
 ******
Tu compares, sans me connaître, 
L’onde à l’homme, l’ombre au banni, 
Ma lampe étoilant ma fenêtre 
A l’astre étoilant l’infini ! 
 ******
Parfois, comme au fond d’une tombe, 
Je te sens sur mon front fatal, 
Bouche de l’Inconnu d’où tombe 
Le pur baiser de l’Idéal. 
 ******
 ton souffle, vers Dieu poussées, 
Je sens en moi, douce frayeur, 
Frissonner toutes mes pensées, 
Feuilles de l’arbre intérieur. 
 ******
 Mais tu ne veux pas qu’on te voie ; 
Tu viens et tu fuis tour à tour ; 
Tu ne veux pas te nommer joie, 
Ayant dit : Je m’appelle amour. 
****** 
Oh ! fais un pas de plus ! 
Viens, entre, Si nul devoir ne le défend ; 
Viens voir mon âme dans son antre, 
L’esprit lion, le coeur enfant ; 
 ******
Viens voir le désert où j’habite 
Seul sous mon plafond effrayant ; 
Sois l’ange chez le cénobite, 
Sois la clarté chez le voyant. 
 ******
Change en perles dans mes décombres 
Toutes mes gouttes de sueur ! 
Viens poser sur mes oeuvres sombres 
Ton doigt d’où sort une lueur ! 
 ******
Du bord des sinistres ravines 
Du rêve et de la vision, 
J’entrevois les choses divines… 
– Complète l’apparition ! 
****** 
Viens voir le songeur qui s’enflamme 
A mesure qu’il se détruit, 
Et, de jour en jour, dans son âme 
A plus de mort et moins de nuit ! 
 ******
Viens ! viens dans ma brume hagarde, 
Où naît la foi, d’où l’esprit sort, 
Où confusément je regarde 
Les formes obscures du sort. 
 ******
Tout s’éclaire aux lueurs funèbres ; 
Dieu, pour le penseur attristé, 
Ouvre toujours dans les ténèbres 
De brusques gouffres de clarté. 
 ******
Avant d’être sur cette terre, 
Je sens que jadis j’ai plané ; 
J’étais l’archange solitaire, 
Et mon malheur, c’est d’être né. 
 ******
Sur mon âme, qui fut colombe, 
Viens, toi qui des cieux as le sceau. 
Quelquefois une plume tombe 
Sur le cadavre d’un oiseau. 
 ******
Oui, mon malheur irréparable, 
C’est de pendre aux deux éléments, 
C’est d’avoir en moi, misérable, 
De la fange et des firmaments ! 
 ******
Hélas ! hélas ! c’est d’être un homme ; 
C’est de songer que j’étais beau, 
D’ignorer comment je me nomme, 
D’être un ciel et d’être un tombeau ! 
 ******
 C’est d’être un forçat qui promène 
Son vil labeur sous le ciel bleu ; 
C’est de porter la hotte humaine 
Où j’avais vos ailes, mon Dieu ! 
 ******
C’est de traîner de la matière ; 
C’est d’être plein, moi, fils du jour, 
De la terre du cimetière, 
Même quand je m’écrie : Amour ! 
Victor Hugo, Les contemplations

des poètes

des poètes 

On vous concocte aujourd’hui deux jolies poèmes parmi les plus belles poèmes des grands poètes français.

PIERRE DE RONSARD (1524-1585) 

PIERRE DE RONSARD (1524-1585)

 Ronsard Poème: « Quand vous serez bien vieille » 

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.
Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de mon nom ne s’aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.
Je serai sous la terre et fantôme sans os : Par les ombres myrteux je prendrai mon repos : Vous serez au foyer une vieille accroupie,
Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.

JOACHIM DU BELLAY (1522-1560) 

JOACHIM DU BELLAY (1522-1560)

 

DU BELLAY Poème: « Je vis l’oiseau qui le soleil contemple. » 

 Je vis l’oiseau qui le soleil contemple
D’un faible vol au ciel s’aventurer,
Et peu à peu ses ailes assurer,
Suivant encor le maternel exemple.
Je le vis croître, et d’un voler plus ample
Des plus hauts monts la hauteur mesurer,
Percer la nue, et ses ailes tirer
Jusqu’au lieu où des dieux est le temple.
Là se perdit : puis soudain je l’ai vu
Rouant par l’air en tourbillon de feu,
Tout enflammé sur la plaine descendre.
Je vis son corps en poudre tout réduit,
Et vis l’oiseau, qui la lumière fuit,
Comme un vermet renaître de sa cendre.

poeme et poesie d amour

poeme et poesie d amour 

Vous trouverez dans ce blog de poème d amour les plus belles poèmes d amour,Bonne lecture.

poeme et poesie d amour

poème par Andrée Chedid 

Ce qui est plus que le mot mais que le mot délivre
Ce qui est périssable mais qui renaît devant
 Ce qui sombre à foison mais sans cesse se bâtit
Ce qui nous passe toujours mais dont nous sommes semence
Ce qui a nom de vie mais que les jours écartent
Ce qui est évidence mais qui reste en suspens.

poème  par Cécile SAUVAGE 

Dans la pelouse endormie
Sous l’azur pâle et rêveur,
Les brises en accalmie
Bercent les bouleaux pleureurs.
En ce silence de rêve
Une voix d’oiseau
Seule et divine s’élève
Des bouleaux. Au jour bas de l’avenue
 Lointaine sous les rameaux
Deux formes sont apparues,
Deux corps enlacés et beaux.
La femme blanche, légère
Dans sa souple nudité,
Détourne sur les fougères
Un long regard velouté.
Sa tombante chevelure
Entoure son sein poli
Et, svelte, sa jambe pure,
Dans la marche, sort des plis
De la longue chevelure.
Elle marche avec cadence
Comme la ramure danse ;
Son bras d’un fin mouvement
Sur l’épaule musculeuse
De l’homme allonge, indolent,
Une caresse harmonieuse.
Quel léger ruissellement
De lueur coule des branches
Et vient dorer mollement
La cambrure de la hanche ?
Et l’oiseau chante à demi,
Retenant la mélodie
Dans le murmure assoupi
Des brises en accalmie.
Elle dit d’une âme fière :
Avec ma pâleur lunaire
Dans les bois
Je danse et chante à la fois.
Que la branche me réponde
D’une plainte balancée ;

poesie francaise d amour

poésie française d amour 

Trouvez sur notre blog de poème d amour les plus belles poèmes d amour de nos plus grands poètes français.

poesie francaise d amour

Le grand poète Arthur Rimbaud (1854-1891) 

Rêver pour l’hiver L’hiver, nous irons dans un petit wagon rose 
Avec des coussins bleus. 
Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose 
Dans chaque coin moelleux. 
Tu fermeras l’oeil, pour ne point voir, par la glace, 
Grimacer les ombres des soirs, 
Ces monstruosités hargneuses, populace 
De démons noirs et de loups noirs. Puis tu te sentiras la joue égratignée… 
Un petit baiser, comme une folle araignée, 
Te courra par le cou… 
Et tu me diras: « Cherche! » en inclinant la tête, 
Et nous prendrons du temps à trouver cette bête 
Qui voyage beaucoup…

Louis ARAGON (1897-1982) 

Un jour, un jour, 
Tout ce que l’homme fut de grand et de sublime 
Sa protestation, ses chants et ses héros 
Au dessus de ce corps et contre ses bourreaux 
A Grenade aujourd’hui devant le crime 
Et cette bouche absente et Lorca qui s’est tu 
Emplissant tout à coup l’univers de silence 
Contre les violents tourne la violence 
Dieu le fracs que fait le poète qu’on tue! 
Un jour pourtant un jour viendra couleur d’orange 
Un jour de palme un jour de feuillage au front 
Un jour d’épaule nue où les gens s’aimeront 
Un jour comme l’oiseau sur la plus haute branche 
Quoi toujours ce serait la guerre la querelle 
Des manières de roi et des fronts prosternés 
Et l’enfant de la femme inutilement né 
Les blés déchiquetés toujours des sauterelles 
Quoi les bagnes toujours et la chair sous la roue 
Le massacre toujours justifié d’idoles 
Aux cadavres jetés le manteau de paroles 
Le bâillon pour la bouche et pour la main le clou 
Un jour pourtant un jour viendra couleur d’orange 
Un jour de palme un jour de feuillage au front 
Un jour d’épaule nue où les gens s’aimeront 
Un jour comme l’oiseau sur la plus haute branche

poeme triste d amour

poeme triste d amour 

Bienvenue dans notre blog de poeme d amour, où vous trouverez poesie d amour triste ou des rimes romantiques tristes aussi.

poeme triste d amour

poème triste 1 

quand cette flamme s’éteint et qu’il ne reste plus rien … les sourires deviennent faux, la chanson et les rêves : ta réalité … une larme ne suffit plus, mais tu pleure le soir, dans le noir de ta chambre …. quand personne te vois… tu fais couler ton sang, et tu en jubile est ce que ton bonheur reviendra ? petite 

poème triste 2

dehors il fait beau le soleil brille sur ta peau dans tes yeux marron qui sont si mignon le fruit de notre amour qui durera toujours dans tes éclat de rire je continue a t’écrire car tu compte pour moi et je ne veux que toi petite 

poème triste 5

Rien, du vide… Il fait nuit, Et seule la lune se reflète, Sur son visage ces rayons argenté, On voit juste cette petite fille… Au bord de la falaise, Les joues brûlées par les larmes,Ces yeux noir rougis de sa peine. Son corps saigne …

poesie d amour en anglais

poesie d amour en anglais 

Nous vous proposons des belles poemes d amour en anglais simple et facile à comprendre.

poesie d amour en anglais

Poème d’amour par Oscar Wilde appelé Requiescat 

Tread lightly, she is near 
Under the snow, 
Speak gently, she can hear 
The daisies grow. 
All her bright golden hair 
Tarnished with rust, 
She that was young and fair 
Fallen to dust. Lily-like, white as snow, 
She hardly knew She was a woman, so 
Sweetly she grew. 
Coffin-board, heavy stone, 
Lie on her breast, 
I vex my heart alone, 
She is at rest. Peace, 
Peace, she cannot hear 
Lyre or sonnet, 
All my life’s buried here, 
Heap earth upon it.

Poème d’amour par Elizabeth Barrett Browning appelé How Do I Love Thee? 

How do I love thee?
Let me count the ways. 
I love thee to the depth and breadth and height 
My soul can reach, when feeling out of sight 
For the ends of Being and ideal Grace. 
I love thee to the level of every day’s 
Most quiet need, by sun and candlelight. 
I love thee freely, as men strive for Right; 
I love thee purely, as they turn from Praise. 
I love with a passion put to use 
In my old griefs, and with my childhood’s faith. 
I love thee with a love I seemed to lose 
With my lost saints,—I love thee with the breath, 
Smiles, tears, of all my life!—and, if God choose, 
I shall but love thee better after death.

Poème d’amour par W.B Yeats 

Had I the heavens’ embroidered cloths, 
Enwrought with golden and silver light, 
The blue and the dim and the dark cloths 
Of night and light and the half light, 
I would spread the cloths under your feet: 
But I, being poor, have only my dreams; 
I have spread my dreams under your feet; 
Tread softly because you tread on my dreams.

la poesie d amour

la poesie d amour 

Découvrez les poesie d amour sur notre blog de poeme d amour, aussi vous trouverez des poèmes d’amour et d’amitié.

la poesie d amour

L’amour caché (Félix Arvers 1806-1850) 

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère 
Un amour éternel en un moment conçu : 
Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire, 
Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su. 
Hélas! j’aurai passé près d’elle inaperçu, 
Toujours à ses côtés et pourtant solitaire ; 
 Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre, 
N’osant rien demander et n’ayant rien reçu. 
Pour elle, quoique Dieu l’ait faite douce et tendre, 
Elle suit son chemin, distraite et sans entendre 
Ce murmure d’amour élevé sur ses pas. 
A l’austère devoir pieusement fidèle, 
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d’elle : 
 » Quelle est donc cette femme ?  » Et ne comprendra pas ! (Mes heures perdues) 

Une allée du Luxembourg (Gerard de Nerval, Labrunie 1808-1858) 

Elle a passé, la jeune fille 
Vive et preste comme un oiseau : 
A la main une fleur qui brille 
A la bouche un refrain nouveau 
C’est peut-être la seule au monde 
Dont le cœur au mien répondrait 
Qui venant dans ma nuit profonde 
D’un seul regard l’éclaircirait ? Mais non ! 
Ma jeunesse est finie… Adieu, doux rayon qui m’as luit 
Parfum, jeune fille, harmonie 
Le bonheur passait, – Il a fui ! (Odelettes) 

Mon rêve familier (Paul Verlaine 1844 – 1896) 

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant 
D’une femme inconnue et que j’aime, et qui m’aime 
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même,
Ni tout à fait une autre, qui m’aime et me comprend. 
Car elle me comprend et mon cœur, transparent 
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème 
Pour elle seul, et les moiteurs de mon front blême, 
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant. 
Est-elle brune, blonde ou rousse ? Je l’ignore. 
Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore 
Comme ceux des aimés que la Vie exila. 
Son regard est pareil au regard des statues, 
Et pour sa voix, lointaine, si calme et grave, elle a 
L’inflexion des voix chères qui se sont tues. 
(Poèmes saturniens)